Livres

L’histoire sans fin de Michael Ende

French version only

AURYN_72
Auryn

L’été est là, c’est donc le moment de profiter des moments de bronzettes à la plage pour lire.

Aujourd’hui, je vous propose un roman estampillé jeunesse : L’histoire sans fin de l’allemand Michael Ende.

l'histoire sans fin michael ende
Affiche du 1er film sorti en 1984

 

 

Si ce titre vous dit quelque chose, c’est probablement parce que le roman a été adapté en 3 films. Même si, seuls les deux premiers peuvent être considérés comme une adaptation directe du roman. (Maintenant que je l’ai lu je sais ^^).

 

 

Au départ, j’ai décidé de lire ce livre, car il faisait partie de mon challenge de lecture 2017  » une histoire dans une histoire » (cf article) mais aussi parce qu’il faisait partie de la liste des « 101 livres les plus vendus de tous les temps ».  (cf liste) Et en regardant cette dernière, je me suis dit que je n’en avais pas lu tant que ça et qu’il fallait y remédier. Du coup, le titre a fait  « tilt »  car je me rappelais avoir vu le film enfant et j’ai réalisé, du coup, que le film était une adaptation et qu’il fallait peut être que je lise l’œuvre originale.  Il y a d’autres titres intéressants qui valent coup dans cette liste mais « Ceci est une autre histoire qui sera racontée une autre fois »

 

logo_280807
Couverture de l’édition française. Magnifique édition illustrée

4ème de couverture (Edition Hachette) : À première vue, Bastien n’a rien d’un héros. Les héros sont grands, beaux et forts. Les héros ne courent pas sous la pluie pour se réfugier dans les librairies obscures et échapper ainsi à leurs camarades de classe. Ils ne volent pas non plus les vieux livres pour aller les dévorer dans les greniers de l’école. Bastien n’a pas pu résister. C’est comme si ce livre l’appelait. Son titre ? L’Histoire sans fin. Le garçon plonge dans un univers peuplé de mille créatures étonnantes : elfes nocturnes chevauchant des chauves-souris, Mange-Pierres, escargots de course, tortues millénaires et lions multicolores, Atréju, l’enfant guerrier sans peur et Fuchur, son fidèle Dragon de la Fortune. Toutes vouées à disparaître, avalées par le Néant, ce mal mystérieux qui ronge le Pays Fantastique. Bastien se trompait. Lui aussi à l’étoffe d’un héros. Et avant la dernière page du livre, son rôle lui sera révélé.

 

Mon avis :

J’ai adoré. Cela peut paraître surprenant car je le dis souvent, j’ai beaucoup de mal avec la littérature jeunesse, mais il y a toujours des exceptions. C’est une lecture qui m’a littéralement transportée. A chaque fois que je me plongeais dans l’histoire, j’étais comme coupée du monde réel et dès qu’il fallait m’arrêter j’avais l’impression que je m’éveillais d’un songe. J’ai rarement eu ce genre de sensation.

Je sais que, jeune, j’avais adoré le film, j’en étais sûre mais je ne m’en rappelai plus. Et pourtant, au fil des pages, petit à petit des bribes de celui-ci me sont apparues et maintenant je veux absolument le revoir.

Il y a deux parties dans ce roman.  Ma préférence va pour la première où l’on découvre Fantasia, la quête d’Atréyu et où le concept  de « l’histoire dans l’histoire » prend tout son sens.  J’avais vraiment l’impression de faire partie de l’aventure. J’étais complètement plongée dans l’histoire.  J’étais moi aussi une héroïne de Fantasia.

La deuxième partie est différente. Le sentiment d’immersion n’était plus même. J’ai même cru pendant quelques pages, que la magie était brisée et finalement… c’est comme une autre lecture qui débute.  En effet,  SPOILER (surligné pour faire apparaître) : A partir du moment où c’est Bastien qui entre dans l’histoire, j’ai eu l’impression d’en sortir. C’est comme s’il avait pris ma place. Je continuais de suivre l’histoire de Bastien avec attention mais il devenait agaçant, presque un anti-héros, et sa personnalité évoluait mais pas dans le bon sens. Mais tout cela (le fait de se perdre lui-même) a pour but de l’amener à s’accepter, à s’aimer et surtout à aimer les autres FIN SPOILER.

Dans cette deuxième partie, je suis passée par plusieurs sentiments, de l’agacement au début et de la compréhension par la suite. Car tout ce qui arrive est finalement indispensable pour faire passer l’un des messages fort du roman : s’accepter soi-même avec ses défauts, chérir les autres et l’importance de l’amitié. En résumé,  il faut savoir accepter et ressentir toutes les différentes formes d’amour.

Je suis vraiment contente de l’avoir lu. J’aimerais en dire tellement plus, mais je pense que c’est un roman à découvrir afin d’en garder tout l’émerveillement. Et aux amoureux de la lecture, au tout début du roman, Bastien explique pourquoi il aime autant lire et pourquoi il aime s’immerger dans une histoire, vous allez forcement vous reconnaître.

C’est vraiment un roman merveilleux. J’aurai tellement aimé que des nouvelles existent afin de raconter toutes les histoires où le narrateur nous disait « ceci est une autre histoire qui sera racontée une autre fois ». Je vous assure parfois vous êtes vraiment frustré.

Je vous le recommande chaudement, surtout aux amoureux de la lecture, à ceux qui ont toujours rêvé être les héros de leurs histoires, et enfin à ceux qui ont aimé le film.

B.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s