Classement

Rentrée 2016 : Top 5 des rédactrices

top-5

Il y a quelques jours, la FNAC m’a envoyée un mail avec leur sélection de romans pour la rentrée 2016. Étant une grande lectrice (surtout cette année où je bats des records), je me suis empressée de regarder si certains romans de la liste pouvaient m’intéresser.

En effet, j’ai beau avoir une PAL (Pile à Lire) qui ne finit jamais, je me retrouve toujours à me dire « Je ne sais pas quoi lire » à la fin d’une lecture. C’est le même principe que de regarder sa garde-robe remplie à ras bord, de ne pas savoir quoi mettre et de finir par faire du shopping. Moi, cela m’arrive avec les livres. 

Donc, quand je reçois un mail avec une sélection de romans, je suis heureuse, je n’ai pas besoin de chercher car cela vient directement à moi. De plus, il y a des chances que j’en trouve un dans la liste qui me plaise et puis c’est un bon moyen pour faire de belles découvertes… Sauf que tous les romans de la liste tournaient autour des thèmes de la guerre,  le deuil, l’immigration et autre sujets ultra réjouissants. Je n’ai rien contre ça mais en général, je lis justement pour m’évader et m’éloigner de la réalité.  Du coup, un peu déçue, j’en ai parlé avec mes « partners in crime » du blog et leur ai suggéré l’idée que chacune de nous fasse son propre top 5 pour la rentrée 2016.

Et comme vous l’aurez deviné, ce top 5 ciblera des lectures qui permettront de vous évader, de vous divertir et de vous laisser dans un état de pur plaisir (là je m’enflamme).  Et vous verrez,  bien que nous ayons des points communs dans ce que nous aimons lire, nous avons chacune nos univers de lectures privilégiés ce qui vous donnera je pense une liste assez variée.

C’est parti !

(Évidemment si vous souhaitez lire sur les thèmes que j’ai cité au-dessus, je peux vous fournir la liste de la FNAC sans problème)

 

Top 5 de B

Pour ce top 5, j’ai essayé de choisir des romans de genres variés (c’est très difficile quand la fantasy et les lectures de l’imaginaire sont vos lectures de prédilection),  dont j’ai fini la lecture (ou presque) et dont la série, si ça en est une, est entièrement publiée en France. De cette manière, pas de frustration possible.

  1. Les chroniques de Tramorée – Javier Negrete ( Fantasy, 5 tomes, terminée)

 

4e de couverture du tome 1 (Zémal, l’épée de feu) : « Tariman, le dieu forgeron, descendit vers le feu éternel du Pratès, les abysses de l’enfer. Là, en secret, il forgea Zémal, l’Épée de Feu. Il invoqua les pouvoirs de la terre et du ciel, le feu des comètes, la lumière des étoiles, et les enferma tous dans une lame éblouissante par son éclat. »
Telle est l’origine de Zémal, nous dit le mythe des Âges. Or, à la veille de l’an mil, alors que des forces obscures œuvrent à rallumer la guerre entre les hommes et les dieux disparus, le dernier détenteur de la lame de feu vient à mourir. Seul un tahédoran, grand maître de l’épée, peut participer à sa quête et se l’approprier à son tour.
Derguin Gorion et Mikhon Tiq n’ont pas vingt ans, l’un se destinait à l’épée, l’autre est le disciple d’un mage. Voici l’aventure de ces deux amis saisis dans cette quête où l’avenir même de la Tramorée est en jeu.

Je viens de vous dire que j’allais me limiter aux romans que j’avais terminés ? Évidemment avec mon numéro 1  je me contredis. J’ai découvert cette série et cet auteur, en juin dernier et j’arrive presque au bout. Il me reste le tome 5 à lire mais j’en ai pris plein les yeux. C’est ma découverte fantasy de l’année et je n’ai qu’une hâte: connaître la fin de la saga.

Le tome 1, est une introduction au monde de Tramorée avec ses personnages, ses enjeux et son univers qui semble assez riche. Et puis, il y a le tome 2 et vraiment quelle claque. J’ai dû lire ma meilleure scène de bataille en fantasy dans ce tome. L’auteur réussit dès les premières pages à nous happer dans l’histoire. Les 2 tomes suivant arrivent de manière très judicieuse à insérer une aura de science-fiction  à la saga sans pour autant déstabiliser les amoureux de fantasy.

Bref, si vous aimez la fantasy avec des personnages charismatiques, un univers foisonnant, des intrigues, des histoires qui se croisent et des scènes de combats à vous couper le souffle, n’hésitez pas.  Oh! et c’est bien écrit (et traduit). Negrete est un auteur que je vais suivre de près. J’ai déjà ajouté un autre de ses romans à ma PAL.

  1. Le livre perdu des sortilèges – Deborah Harkness (Fantastique, 3 tomes, terminée)

4ème de couverture du tome 1 : Diana Bishop est la dernière d’une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé depuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique: l’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous – démons, sorcières et vampires – le convoitent ardemment. Parmi eux, Matthew Clairmont, un vampire aussi redoutable qu’énigmatique. Un tueur, lui a-t-on dit. Diana se retrouve très vite au cœur de la tourmente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible.

Avec cette saga, il serait facile de croire que c’est un roman avec une romance dans le genre «Twilight». Je pense que maintenant dès que le mot « vampire » apparaît dans un résumé, les personnes ne peuvent pas s’empêcher de faire le lien, surtout quand elles ne savent pas qu’il existe tout un pan de la littérature qui a écrit sur des vampires divers et variés. Malheureusement, assez souvent quand une saga commence à avoir un énorme succès, et qu’en plus elle a été adaptée en film, ce lien est plutôt nuisible au roman. Et bien, je suis là pour vous dire que cette histoire n’a rien à voir avec Twilight.  

Diana se retrouve mêler à ce manuscrit, que personne n’avait réussi à avoir entre les mains, et à partir de là, sa vie va radicalement changer . La saga est autant centrée sur la résolution des mystères de ce manuscrit que sur les relations entre les personnages. Matthew est très charismatique et sa relation avec Diana est parfois compliquée mais vous allez adorer.  Dans cette saga, vous allez rencontrer des sorciers, des vampires mais pas que. Vous allez voyager, vous allez faire des rencontres, vous aller aimer les personnages principaux et ceux qui les entourent. Une fois commencée vous allez vouloir savoir la suite, savoir ce qui se cache derrière ce manuscrit et vous avez de la chance vous n’aurez pas à attendre 1 an entre chaque tome… comme moi. Si vous avez envie de lire un roman qui vous fera voyager, avec de la magie, de l’amour et des mystères, celui-ci est pour vous.

  1. Prince Captif – CS. Pacat (Fantasy/Romance, 3 tomes, terminée)

4ème de couverture du tome 1 : Il devait être roi, il est devenu esclave. Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s’empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave de plaisirs au prince d’un royaume ennemi. Beau, manipulateur et mortellement dangereux, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à Vère. Mais dans la toile mortelle de la politique vérétienne, les apparences sont trompeuses. Pris dans les manigances de la cour, Damen doit s’allier à Laurent pour sa survie et celle de son royaume. Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr…

Que dire à part que j’ai eu un gros coup cœur pour cette saga.  Évidemment, je dois prévenir que cette série met en scène des relations entre personnes du même sexe (et parfois c’est assez explicite) donc si ça vous rebute, passez au numéro 4, sinon continuons ensemble. Je l’ai catégorisée en Fantasy/Romance car les 2 genres sont intimement liés. La romance a une place importante mais ce n’est pas juste une histoire d’amour. L’univers du roman est clairement un univers de fantasy mais même si vous n’êtes pas friand de ce genre, vous pouvez pleinement apprécier cette série. La relation entre Laurent et Damen, ce dernier étant au cœur des intrigues et des trahisons, vous tiendra en haleine jusqu’à la fin. Vous allez  voir les deux personnages principaux évoluer et vous allez adorer ça.  C’est un roman qui est d’une extrême sensualité et qui ne tombe jamais dans le vulgaire. L’auteur arrive très bien à décrire les sentiments des personnages. L’histoire monte en puissance de tome en tome. Et puis ce n’est pas un spoiler si je dis que la fin est parfaite.  J’ai adoré, foncez!

  1. Chroniques des Ombres – Pierre Bordage (Science-Fiction, One-Shot)

cdo

4ème de couverture : Après la guerre nucléaire, une pollution mortifère a confiné une partie de la population mondiale dans des mégapoles équipées de purificateurs d’air. Les capitales sont regroupées en Cités Unifiées : la plus importante, NyLoPa, réunit New York, Londres et Paris. La sécurité est assurée par une armée suréquipée de super détectives, les fouineurs. Soudain, dans toutes les villes et en quelques minutes, des centaines de meurtres sont perpétrés par d’invisibles assassins, les Ombres. On soupçonne la secte de la Fin des Temps d’en être à l’origine, mais l’enquête menée par les fouineurs va les plonger dans un enchevêtrement de complots et de luttes de pouvoir. Ils vont être entraînés hors des cités, dans le « pays vague », lieu de tous les dangers.

Ce roman est mon 1er Bordage et a été mon coup de cœur lecture de 2014. Dans un monde post apocalyptique, les humains ont dû s’adapter à leur nouveau monde et sont différents de ce que nous connaissons. La force de ce roman est l’entrée rapide dans l’histoire, dès le début, la situation est posée et la grande question est : qu’est ce qui se trame derrière tout ça? L’intrigue se suit tel un feuilleton. A peine, un chapitre se termine que le suivant devient une nécessité à lire afin de savoir ce qui va arriver. Il y a plusieurs personnages, donc différents points de vue et donc parfois, notre patience en prend un coup. Au final cette histoire devient rapidement addictive. Tout comme Negrete, après avoir lu ce roman, j’ai décidé d’ajouter d’autres romans de l’auteur à ma PAL.  Si vous cherchez un livre qui va vous faire passez des nuits blanches (voire une nuit blanche), faites-vous plaisir !

  1. Corps et Ames – Frank Conroy (Littérature étrangère, One Shot)

cea

4ème de couverture : À New York, dans les années quarante, un enfant regarde, à travers les barreaux du soupirail où il est enfermé, les chaussures des passants qui marchent sur le trottoir. Pauvre, sans autre protection que celle d’une mère excentrique, Claude Rawlings semble destiné à demeurer spectateur d’un monde inaccessible.
Mais dans la chambre du fond, enseveli sous une montagne de vieux papiers, se trouve un petit piano désaccordé. En déchiffrant les secrets de son clavier, Claude, comme par magie, va se découvrir lui-même : il est musicien.

 

Il a été dur à choisir celui–ci. Il faut dire que je lis presque exclusivement des romans dans les genres de l’imaginaire. Mais rappelez-vous je voulais faire une liste variée donc j’ai choisi un roman qui m’avait marquée il y a quelques années. Donc ici, pas de magie, pas de chevaliers ou de vampires, non. Ici, Claude un jeune garçon, a un don… un don pour la musique. Tout au long du roman, vous suivrez son ascension en prodige de la musique. Si vous aimez la musique, si vous êtes toujours bluffé(e) quand vous voyez des personnes talentueuses jouées d’un instrument ou tout simplement si vous voulez suivre une histoire d’un jeune garçon qui grâce à de belles rencontres va devenir un grand: Foncez !

Et voilà pour moi. J’espère que vous trouverez votre bonheur et que vous apprécierez ces romans autant que moi.

 

Top 5 de Yukiko

  1. Le chardon et le tartan: Outlander– Diana Gabaldon (Fantastique, 8 tomes, en cours)

    1507-1
    4ème de couverture : 1945. Claire passe ses vacances en Écosse, où elle s’efforce d’oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d’une balade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d’en découvrir la raison : en s’approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d’un champ de bataille.

Le menhir l’a menée tout droit en l’an de grâce 1743, au cœur de la
lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par ce monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d’autrefois ?

Pour tout vous dire, cette série est mon coup de cœur 2016. J’ai toujours eu un gros faible pour les voyages dans le temps et cette possibilité de pouvoir réécrire l’histoire. Quoi de mieux que de se retrouver 200 ans dans le passé? C’est ce que Claire va d’abord subir puis vivre et enfin choisir. On avance dans l’histoire, dans les tomes,  et cette relation qui se construit entre elle et les écossais, cette vie si dangereuse mais exaltante, finit par nous engloutir, nous aspirer. Puis il y a des moments, des rencontres qu’on sait qu’elles vont avoir lieux, on en est tellement impatient et finalement extatique quand on finit par les lire. Honnêtement, ce sont des romans bourrés de descriptions, certains développements sont un peu lents, mais quand tous les morceaux du puzzle se mettent en place, on applaudit le génie de Diana Gabaldon (comment ça j’en fait un peu trop? xD). Bref, je vous promet de vous faire un topo intégrale par intégrale, vous allez en manger xD.

  • Tokyo Vice – Jake Adelstein (Autobiographie, One Shot)
    81MvhXH9LoL4ème de couverture : « Parfois, mieux vaut avoir de la chance que d’être bon. »

Quand Jake Adelstein intègre en 1993 le service Police-Justice du plus grand quotidien japonais, le Yomiuri Shinbun, il n’a que 24 ans et il est loin de maîtriser les codes de ce pays bien différent de son Missouri natal. À Tokyo, il couvre en étroite collaboration avec la police les affaires liées à la prostitution et au crime organisé. Pour cela, il n’hésite pas à s’enfoncer dans les quartiers rouges de la capitale, dans les entrailles du vice et de la décadence. Approché par les yakuzas, il devient leur interlocuteur favori tout en restant un informateur précieux pour la police. Une position dangereuse, inédite et ambivalente, aux frontières du crime, qui incite Jake Adelstein à entrer dans un jeu dont il ne maîtrise pas les règles.

Jake Adelstein est le premier étranger à avoir intégré la rédaction du Yomiuri Shinbun. Pendant plus de dix ans, il couvre le trafic d’êtres humains et le crime organisé. À la suite de son enquête sur les yakuzas, sa famille est placée sous protection du FBI pendant plusieurs années. Il a par ailleurs travaillé pour The Daily Beast, The Japan Times et Vice News.

J’ai une attirance particulière pour ce pays, une certaine fascination, mais j’ai conscience d’avoir des œillères sur bien de ses aspects. Je sais que les dessous de la culture nippone ne sont pas des plus propres, mais jamais je n’avais pris le temps de vraiment lire un livre qui le traitait.

Cette lecture est fascinante et répugnante. Entre les journalistes qui font tout pour avoir un scoop, quitte à ruiner les efforts de la police, la police machiste qui ne fait rien pour aider les victimes, ce racisme lattant envers les étrangers, le rapport qu’ont les japonais au Sexe, ses relations codifiées et faussées et enfin les Yakusas.

L’histoire de Jake Adelstein est dingue et honnêtement je ne l’envie pas. Il y a des gens comme ça que rien ne destinait à faire ce genre de choses, mais qui finisse par jouer un petit rôle dans l’Histoire.

J’émets juste un Bémol. Les noms et prénoms japonais, tout comme les lieux sont archi-présent (c’est normal vous me direz), ça peut être assez indigeste pour des personnes qui n’y sont pas habituées ou qui n’y connaissent pas grand chose.

  • La vie volée de Jun Do – Adam Johnson (Littérature étrangère , One Shot)

    1540-14ème de couverture : Jun Do grandit bercé par la propagande nord-coréenne. Soldat modèle, il exécute sans ciller les ordres du terrible leader Kim Jong-il. Mais sous les cieux du « royaume ermite », la disgrâce est aussi terrible qu’imprévisible… Après avoir échoué à sa dernière mission, Jun Do est enfermé dans un bagne coréen et torturé. L’homme saisi alors sa chance et prend l’identité d’un soldat mort pour pouvoir enfin réaliser son rêve : mener une vie normale aux côtés de la femme qu’il aime.

    J’ai rarement été attiré par les prix littéraires, car souvent je ne me retrouvais pas dans les histoires primées. Mais ce roman est passionnant. L’histoire de Jun Do est incroyable. J’aimerais pouvoir dénouer ce qui est vrai ou faux sur la Corée du Nord. C’est une des choses qui n’a pas cessé de me turlupiner tout au cours de ma lecture. Le paraître a une telle importance dans cette société, qu’elle permet finalement à Jun Do de réussir son coup. Jusqu’au bout on y croit, mais est-ce qu’on a vraiment raison de l’encourager à faire une telle chose?

  • Tokyo perdus dans la grande ville – Graham Marks (Jeunesse, One shot)

    9782226174017
    4ème de couverture : Un simple coup de fil et la vie d’Adam bascule : Charlie, sa sœur aînée, a disparu à Tokyo. Ses parents ne bougent pas, la police ne bouge pas … Adam, si : il prend l’avion pour le Japon. Il veut retrouver sa sœur coûte que coûte. Mais dans cette ville mystérieuse et fascinante, Adam prend des risques pour enquêter sur l’étrange disparition de sa sœur.

    Pourquoi un tel roman? Je ne sais pas, comme je vous le disais plus haut, j’ai une certaine fascination pour ce pays et cette ville. Combien de fois je n’ai pas rêvé de tout plaquer et partir à l’arrache au pays du soleil levant? 😀 Et bien Adam le fait pour retrouver sa sœur, et on se prends vite au jeu. C’est fleur bleu, les fils rouges de l’histoire sont énormes, mais ça reste une jolie histoire d’amour et d’amitié avec une grosse dose de rêves. On déconnecte notre cerveau et on apprécie.

  • Balzac et la petite tailleuse chinoise – Dai Sijie (Littérature étrangère, One -Shot)
    97820704168064ème de couverture : Nous nous approchâmes de la valise. Elle était ficelée par une grosse corde de paille tressée, nouée en croix. Nous la débarrassâmes de ses liens, et l’ouvrîmes silencieusement. A l’intérieur, des piles de livres s’illuminèrent sous notre torche électrique ; les grands écrivains occidentaux nous accueillirent à bras ouverts : à leur tête, se tenait notre vieil ami Balzac, avec cinq ou six romans, suivi de Victor Hugo, Stendhal, Dumas, Flaubert, Baudelaire, Romain Rolland, Rousseau, Tolstoi, Gogol, Dostoievski, et quelques Anglais : Dickens, Kipling, Emily Brontë… Quel éblouissement ! Il referma la valise et, posant une main dessus, comme un chrétien prêtant serment, il me déclara : – Avec ces livres, je vais transformer la Petite Tailleuse. Elle ne sera plus jamais une simple montagnarde.Nous sommes dans les années 70, dans la chine communiste de Mao. Luo et le narrateur sont envoyés dans un camps de rééducation, fautifs d’avoir été au collège et d’avoir des parents « ennemis du peuple ». Dans ses conditions de travail et de vie difficiles, l’espoir ne s’éteint pas : par la musique, par les contes, par l’amour et par cette valise remplie de livres interdits, classiques de la littérature occidentale. Balzac deviendra tour à tour, livre de révolution culturelle, livre de rébellion et enfin livre de libération et de désir.Certes, c’est un roman qui commence à dater, mais je pense qu’il vaut vraiment le coup que vous vous y penchiez. J’étais en seconde quand il me fût ‘imposé’ par ma prof de français… et je lui en suis totalement reconnaissante. Je me souviens clairement avoir pensé que j’étais chanceuse d’avoir un accès à la culture si facile. Où serions nous sans ces classiques de la littérature, témoins d’époques révolues, emplis d’idées, de pensées, de sentiments et de liberté?

 

 

Top 5 de Nadahala

  1. Ouragan – Laurent Gaudé (Littérature étrangère, One-Shot)
    laurent_gaudé_book.jpg
    4ème de couverture : Une tempête s’apprête à déferler sur La Nouvelle-Orléans. Alors que la ville est désertée, certains doivent rester et se préparer à affronter le chaos. Les sentiments les plus intenses vont naître dans les torrents destructeurs. La cité abandonnée devient le théâtre de plusieurs histoires mettant en scène la peur, le doute, le désir de liberté et l’amour renaissant. Tour à tour tragédie grecque ou fable biblique, alternant des moments de gravité, de sincérité, et de beauté, Ouragan donne au lecteur une incroyable leçon d’humilité et de courage.

Ouragan est le deuxième roman de Laurant Gaudé que j’ai lu. J’ai eu un vrai coup de cœur pour cet auteur. Si j’ai beaucoup apprécié « la mort du roi Tsongor », « Ouragan » est le roman qui m’a fait tombé dans ses filets. Ce livre m’a pris aux tripes. On y suit plusieurs personnages aux histoires bien différentes avant, pendant puis après l’ouragan Katrina.
Joséphine est celle qui m’a le plus touchée. « Négresse depuis plus de cent ans » comme elle se définit, est celle qui représente le passé de la Louisiane. Elle est celle qui a survécu à a ségrégation, qui prend le bus tous les matins uniquement parce qu’elle en a gagné le droit, et qui refuse de quitter sa maison malgré l’évacuation de la ville car c’est son foyer et même la nature elle-même ne pourra l’en déloger.
Ce roman magnifiquement humain nous montre le combat de l’homme face à la nature qui semble parfois vouloir les déraciner.

  • La procrastination : L’art de reporter au lendemain – John PerryL’art de reporter au lendemain. Un véritable plaidoyer en faveur de la procrastination structurée !

 

511uckjjizl-_ac_ul320_sr226320_

4ème de couverture : A notre époque où règne une frénésie de productivité délétère, ce livre s’adresse particulièrement à ceux qui aiment paresser, décaler, lambiner, atermoyer, ajourner, proroger, différer, décaler, musarder.. Au fil de ces méditations tantôt légères ou profondes, John Perry bâtit un plaidoyer convaincant en faveur de la procrastination structurée Un procrastinateur doit en effet apprendre à tirer le meilleur parti de son don naturel, et accepter toutes les tâches qui se présentent à lui avec enthousiasme. Il ne les mènera pas toutes à bien et pas forcément dans le bon ordre, mais cela lui donnera souffle et créativité. Ce petit essai alerte et désopilant livre aussi des considérations inattendues sur l’art d’ignorer certains mails, le rythme des chansons de soul music, le bon usage des to-do lists, l’avantage de laisser son bureau en pagaille pour que les idées naissent du désordre… et sur l’histoire métaphysique du temps depuis Héraclite.

 C’est la rentrée! Comme pour le nouvel an, tout le monde se lance dans des nouvelles résolutions que l’on ne tient pas vraiment « Je vais acheter des annabacs et commencer à faire des bacs blancs dès la fin du premier trimestre », « Je vais aller à la salle de sport plus régulièrement », « Tous les jours je vais travailler un peu mon mémoire » etc… Mais c’est là que la procratination pointe le bout de son nez « Je vais faire des recherches pour mon mémoire, oh ! le teaser de la nouvelle saion de The Big Bang Theory, je le regarde rapidement puis je me mets au travail » et la boum! Vous vous êtes perdu sur Youtube l’un des sites les plus chronophage haha

J’ai offert ce livre à ma soeur qui est une procrastinatrice de talent (madame travaille sa présentation de master à peine 2 jours à l’avance et a ensuite les félicitations du jury ! ;p )
Cet essai n’a pas pour but de vous empêcher de procrastiner mais d’embrasser votre côté procrastinateur.
Ecrit avec beaucoup d’humour, John Perry nous dévoile les « bons côtés » de la procrastination et comment tourner ce « défaut » à notre avantage.

     3.  Juste avant le bonheur – Agnès Ledig (Littérature française, One-shot)

9782266250627
4ème de couverture : Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule son petit Lulu, unique rayon de soleil d’une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n’a pas l’habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend…

Ce livre a reçu le prix de la Maison de la Presse 2013.

Ce livre est un vrai coup de coeur !
Un conte bouleversant et plein d’optimisme.

C’est avec une écriture fluide et dans un décor français magnifique que l’auteur nous narre la rencontre de ses personnages blessés par la vie.
Une véritable ode à l’espoir où les blessures du passé s’estompent pour laisser place
à l’avenir.
Un roman qui ne vous laissera pas indifférent.

     4.  Carnaval -Ray Celestin (Littérature anglaise, One-Shot)

51l0ey-kfdl-_sx303_bo1204203200_
4ème de couverture : Lorsqu’en 1919 un tueur en série s’attaque aux habitants de La Nouvelle-Orléans en laissant sur les lieux de ses crimes des cartes de tarot, la panique gagne peu à peu. On évoque le vaudou. Les victimes étant siciliennes, les rivalités ethniques sont exacerbées. Un policier, Michael Talbot, un journaliste, John Riley, une jeune secrétaire de l’agence Pinkerton, Ida,
et un ancien policier tout juste sorti de prison, Luca D’Andrea, vont tenter de résoudre l’affaire. Mais eux aussi ont leurs secrets… Alors qu’un ouragan s’approche de la ville, le tueur, toujours aussi insaisissable, continue à sévir. Le chaos est proche.

 

Un superbe thriller exotique remarquablement écrit !
L’auteur nous dresse le portrait de la Nouvelle Orléans à l’aube de la prohibition.
Une ville complexe où la musique est omniprésente et dans laquelle l’ensemble de la population ne rate pas une occasion de faire la fête, ce malgré une domination de la mafia, du racisme et de la ségrégation.
Cet ouvrage extrêmement bien documenté nous emmène suivre, dans ambiance Jazzy guidée par un jeune Lewis « Louis » Amstrong, trois enquêtes menées en parallèle qui ont un seul et même but : Découvrir l’identité du Tueur à la Hache.
La Nouvelle Orléans est le véritable protagoniste de ce roman.

    5.  Six Jours – Ryan Gattis (Littérature américaine, One-Shot)

9782253182986-001-t4ème de couverture : Pendant six jours, l’acquittement des policiers coupables d’avoir passé à tabac Rodney King met Los Angeles à feu et à sang.
Pendant six jours, Los Angeles a montré au monde ce qui se passe quand les lois n’ont plus cours.
Le premier jour des émeutes, en plein territoire revendiqué par un gang, le massacre d’un innocent déclenche une succession d’événements qui vont traverser la ville.
Dans les rues de Lynwood, un autre quartier, qui attire toutes les forces de police et les caméras de télévision, les tensions s’exacerbent. Des membres de gangs profitent de la désertion des représentants de l’ordre pour vandaliser et régler leurs comptes. Au cœur de ce théâtre de guerre urbaine se croisent sapeurs-pompiers, infirmières, ambulanciers ; leur vie est bouleversée par ces journées de confusion.

Petit bijou dans la rentrée littéraire 2016.
Ryan Gattis ne nous emmène pas au cœur des émeutes mais en périphérie où la violence augmente aussi au fur et à mesure des jours, non pas par colère mais uniquement par envie de vengeance ou de chaos.
Dès le premier chapitre, on est happés dans la violence qui se réveille dans Los Angeles. L’auteur ne nous épargne rien.
Malgré le côté noir du roman, on ne peut pas s’empêcher de s’attacher au gang de Fate qui sont à la fois victimes et bourreaux. (Cela vient peut-être aussi de mon fétichisme sur les bad boys haha). On a l’impression au début que chacun des membres à environ la vingtaine, quand au fil des chapitres on découvre leur âge on se rend compte à quel point dans ses quartiers entrer dans la « clica » est une des seules voies qu’ils ont et qu’on y rentre bien jeune.
Ce roman nous parlent aussi les gens qui tentent de faire leur travail, d’aider les gens malgré les événements. « Voir » les pompiers se faire caillassés et agressés quand ils tentent d’arrêter les incendies me met hors de moi. Je peux « comprendre » la colère envers les forces de l’ordre mais je ne comprendrais jamais les attaques envers les pompiers. Le chapitre du pompier Anthony est l’un de ceux qui m’ont le plus touchée (avec le chapitre d’Ernesto).
Six jours est un roman social qui nous depeint une triste réalité qui pourtant nous semble irréelle. Âmes sensibles s’abstenir.

 

Top 5 de Skippie

  1. Queen Betsy – MaryJanice Davidson (Bit-Lit, 14 Tomes, en cours)

    4ème de couverture: queen-betsy-tome-1-vampire-et-celibataire-124717-250-400Cette semaine j’ai été licenciée, tuée et vampirisée! Et maintenant, mes nouveaux amis aux canines pointue veulent me…couronner? ils ont besoin de moi pour renverser un vampire assoiffé de pouvoir, au look trop ringard! Le cadet de mes soucis! Sauf qu’ils ont des moyens de pression efficaces, comme la nouvelle collection Manolo Blahnik… Mais être souveraine ne paie pas les factures et certains vampires contestent mon statut. Franchement, je serais bien la dernière à le leur reprocher. Mais, des gens meurent à cause de moi et je vais bien devoir m’en mêler pour en moucher quelques-uns. Parfaitement!

J’ai acheté ce livre sur un coup de tête car la couverture me plaisait. Je ne savais même pas qu’un rayon bit-lit existait. J’avais envie de lire quelques chose de drôle et de girly. Si c’est votre cas, cette série de livres est faite pour vous. Ok, je ne suis qu’au début du tome 1 mais c’est vraiment une lecture agréable et facile. Je me mets à rire toute seule en lisant les réactions de Betsy au tempérament de feu. Cette série comporte actuellement 14 tomes…à vos portes monnaie.

      2. Les ferrailleurs: le Château – Edward Carey (Fantastique/Terreur, 3 Tomes, terminé)

4ème de couverture: Au milieu d’un océan de détritus composé des rébus de Londres se dresse la demeure des Ferrayor. Le Château, gigantesque puzzle architectural, abrite cette étrange  famille depuis des générations. Selon la tradition, chacun de ses membres, à la naissance, se voit attribuer un objet particulier qui le suivra toute sa vie. Clod a le-chacc82teau-de-edward-carey15 ans et possède un don singulier: il est capable d’entendre parler les objets… Tout commence le jour où la poignée de porte appartenant à Tante Rosamud disparaît. Les murmures des objets se font de plus en plus insistants. Dehors, une terrible tempête menace. Et voici qu’une jeune orpheline se présente à la porte du Château…

Si je devais faire un classement de mon top 5 je mettrai ce livre en 1ère position. C’est une série en 3 tomes, dont le 2ème est sorti récemment. L’univers m’a fait penser à celui de Tim Burton. L’histoire est vraiment intéressante avec beaucoup de suspense. Il y a beaucoup de personnages et de descriptions mais cela ne rend pas le livre lourd, au contraire on s’imagine chaque situation, même si c’est difficile parfois. Je pense que si ce livre était adapté en film, j’irai de suite le voir. La fin de ce bouquin vous oblige à acheter le 2ème tome.

      3. A year in the Merde – Stephen Clarke  (Littérature étrangère, One-Shot)

4ème de couverture: Paul We7418da51bdb663f771b883d4612e7927st arrives in Paris to start a new job and finds out what the French are really like. They do eat a lot of chesse, some of which smells like pigs’ dropping. They don’t wash their armpits with garlic soap. Going on strike really is the second national participation sport after pétanque. And yes, they do use suppositories.

Je suis en pleine lecture de ce livre alors que je l’ai acheté il y a bien longtemps. La lecture est facile et agréable. Une bonne façon de maintenir son niveau d’anglais tout en rigolant de nous même. En effet, l’auteur s’attaque aux clichés de la culture française. N’importe quel bon français se reconnaîtrait dans cet ouvrage. Les blagues sont largement compréhensibles. Cet auteur a aussi écrit « Talk to the snail: 10 commandments to understanding the French » qui a l’air tout aussi drôle.

     4. Secret d’Histoire – Stéphane Bern (Histoire, 6 Tomes, en cours)

4ème de couverture: Mystère, Énigmes, Secrets du passé sont autant de clés pour découvrir la petite Histoire de la France. Avec l’aide des plus éminents de nos historiens d’aujourd’hui, nous avons tenté d’élucider une trentaine d’énicouv33804646gmes, sachant que l’Histoire est, comme la science, en perpétuelle évolution sur le chemin de la vérité. Ainsi de nouveaux dossiers ont pu être rouverts en s’appuyant sur les figures emblématiques et, à travers elles, raconter une époque, percer à jour certains secrets. L’Histoire constitue le socle de notre nation, un trésor et un patrimoine commun qui confère à chacun d’entre nous – quelle que soit notre origine – ce sentiment d’appartenance à un  même peuple. Mes ancêtres n’étaient pas Gaulois, loin sans faux, mais l’étude passionnée de l’Histoire de France m’a permis d’aimer ce pays qui m’a vu naître. Un peuple qui ne sait pas d’où il vient, ne sait pas où il va.

Je ne pouvais pas faire un top 5 sans Stéphane Bern. Cette série de livres est géniale. Mais, peut-être, un peu plus compliquée à comprendre que l’émission diffusée sur France 2. On apprend beaucoup de choses. Je recommande ces livres aux passionnés d’Histoire et même aux personnes voulant des anecdotes historiques croustillantes. Ces livres nous éclairent sur des événements historiques que nous abordons à l’école et qui nous paraissent flous. Par exemple, comment la mort de François Ferdinand a t-elle pu déclencher la 1ère guerre mondiale? L’édition d’Albin Michel est très belle, les pages sont épaisses et les images de qualité.

   5. Sept générations d’exécuteurs 1688/1847: mémoires des Sanson – Henri Clément Sanson (Autobiographique/Histoire, 6 Tomes, terminé)

415rza218cl-_sx342_bo1204203200_

 » Ce ne sera pas sans répugnance, ce ne sera pas sans avoir soutenu une lutte contre moi-même. Mais qui dit mémoires, dit confession.  » Testament littéraire de la  » dynastie  » des bourreaux Sanson, Sept Générations d’exécuteurs dépeint le voisinage de la mort du point de vue de ceux-là mêmes qui étaient chargés des plus basses œuvres. »

Ces livres sont introuvables aujourd’hui en format papier. mais le sont en format numérique sur Google. En effet, ces tomes, faisant partie des archives de certaines institutions, ont été scannés et mis à disposition gratuitement puisqu’ils sont tombés dans la propriété publique. Ce n’est pas une lecture de tout repos, je dirai même qu’elle est compliquée, du fait que l’écriture est ancienne. Le langage est soutenu avec des mots que nous n’utilisons plus et une orthographe un peu différente de l’actuelle (mais compréhensible). De plus, la forme du récit est intéressante. Henri Clément Sanson est le narrateur et intègre des partie des mémoires de sa famille à son récit. Il débute en racontant une partie de sa vie et enchaîne avec le commencement de la dynastie des Sanson en tant que bourreau. Ces mémoires sont vraiment intéressants car on nous explique le contexte de l’époque et la vie des bourreaux vue par eux-même. Ces mémoires me passionnent et ont développé chez moi une attirance telle pour cette famille que j’ai envie de tout savoir sur eux. Notamment pour un membre en particulier, Charles Henri Sanson célèbre pour son rôle de bourreau pendant la révolution ainsi que pour son nombre de « coupables » exécutés (environ 3000).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s